995692_532400543489910_657792280_nMadeleine est la soeur de Lilly. Elle est d’ailleurs le seule survivante de cette couvée. Elles ont eu la malchance de naître en septembre. Les bébés d’automne survivent rarement. On essaie toujours d’éviter les couvaisons tard dans la saison. Mais, certaines poules sont plus cachottières que d’autres, et c’était le cas de leur mère.

Madeleine est très grande et svelte pour sa race. Elle a une une petite malformation aux pattes et elle pond à tout vent sans accumuler ses oeufs. Si certaines poules souhaitaient consciemment de ne pas avoir de poussins, je dirais que Madeleine est de celles-là.

MadeleineSi j’ai décidé d’initier Madeleine aux cartes, c’est principalement parce qu’elle a eu beaucoup de mal à se tailler une place au sein du cheptel. Elle a été longtemps le souffre-douleur et je me disais qu’elle aurait sa place dans une école où certains enfants pourraient s’identifier à elle. La chose n’a pourtant pas été simple au départ parce que Madeleine n’avait pas vraiment d’atomes crochus avec moi, tout comme avec ses congénères. J’ai donc du un peu forcer la note afin qu’elle finisse par me faire confiance. Et au final, je crois qu’elle adore ça jouer aux cartes!

Pour ceux et celles qui s’inquiéteraient de son statut, sachez que la belle Madeleine a su s’intégrer au groupe de mes minies-poules. Elles ont développer des affinités avec elle lorsqu’elles se sont aperçu que je la nourrissais à part pour lui éviter l’humiliation! Rapidement, les petites poules se sont jointes à elle pendant les repas et peu à peu, elles ont tissé des liens. N’est-ce pas formidable? 😉