Les poules sont comme les humains, elles sont toutes très différentes et certaines affectionnent plus les humains que d’autres. L’été dernier, c’est la belle Lilly qui m’a prise en affection. Petite fille de Sidouri et fille de la magnifique, mais oh! combien sauvage, Joséphine, elle avait pris l’habitude de voler dans mes bras dès qu’elle m’apercevait à l’extérieur. Je la rentrais quelques heures en la posant sur un coussin à côté de mon ordinateur et elle restait là en émettant de petits cris de contentement tout à fait charmants. Si bien qu’à l’automne, j’ai établi ses quartiers dans la volière et j’entrepris avec elle l’apprentissage des cartes dans lequel elle a excellé! Et comme elle adorait la liberté, je lui ai fabriqué une couche pour qu’elle puisse, quelques heures par jour, se promener dans la maison, où bon lui semblait.

Lilly demeure, jusqu’à aujourd’hui ma meilleure poule savante! Elle répondait à son nom et n’avait peur de rien. Je pouvais la déposer dans n’importe quels bras et elle appréciait l’instant présent. Et aux cartes, elle était imbattable. Une fois trouvé son as de coeur, je pouvais le cacher sous une autre carte et elle le retrouvait sans difficulté. Fallait le voir pour le croire! C’est une amie responsable d’un service de garde qui a eu l’idée de l’inviter dans ses locaux à l’occasion de Pâques. Elle avait crée une minie-ferme et question de faire plaisir aux enfants, elle s’était dit qu’une histoire, racontée par sa voisine auteure jeunesse accompagnée de sa poule joueuse de cartes, serait fabuleuse. Ce ne fut que le début d’une belle aventure à laquelle plusieurs autres poules participent et divertissent autant les petits, pendant l’année scolaire, que les grands lors des festivals d’été. Malheureusement Lilly avait la santé très fragile et elle nous a quittés trop jeune. Mais, partout où verrez la dresseuse de poule, vous saurez qu’il y a beaucoup de Lilly la-dedans! 😉