Normalement, Hedwidge aurait dû se retrouver dans le fourneau, mais le jour où ses propriétaires l’attrapèrent avec ses congénères, elle était tellement zen, qu’ils cherchèrent à lui trouver un foyer. Elle succéda à Sidouri dans la volière et passa son hiver à se faire dorloter.

Déjà en mars, son horloge biologique se manifesta sans ménagement si bien qu’en mai, elle donna naissance à 8 beaux poussins qu’elle protégea jusqu’à ce qu’ils aient 3 mois. Elle n’a jamais eu de talent pour les cartes ou pour l’agilité, mais Hedwidge est la meilleure maman qu’un poussin puisse espérer.

D’abord parce qu’elle sait bien couver! Couver est un art que toute les poules ne maîtrisent pas. Rester jour et nuit sur plusieurs oeufs, les retourner quotidiennement sans les casser et tout ça pendant 21 jours n’est pas donné à toutes! Dans ses nichées, si un ou deux oeufs n’éclosent pas, c’est à coup sûr qu’ils n’étaient pas fécondés. Une fois nés, les poussins ont besoin d’être protégés et de manger à leur faim. La mère poule parfaite ne mange jamais avant que tous ses poussins soient gavés. Pendant le repas, elle s’assure que personne ne s’approche de sa marmaille pour leur ravir le grain. Certaines poules, pensant d’abord à leur propre estomac, négligent leur devoir pendant les repas, avec pour résultat un haut taux de pertes au final… mais pas Hedwige!10376821_720430358020260_7545990505135544433_n

À deux reprises, Hedwidge est parvenue à s’extirper des serres de plus redoutable prédateur survolant le ciel : l’autour des palombes. Elle a ainsi sauvé ses deux couvées au risque d’y perdre la vie. Tous les poussins d’Hedwige ayant vu le jour sont parvenus à l’âge adulte. Vous ne la verrez jamais dans une de vos écoles, mais il y a de forte chance pour qu’elle soit la mère de celle qui vous a éblouie! Elle reste et demeure la meilleure maman poule de la dresseuse!

Pin It on Pinterest

Share This